Exploration au cœur des maladies chroniques : la prévention, une quête pour l’avenir

Aujourd’hui, nous nous lançons à la poursuite des maladies chroniques à travers le monde : quelle prévalence ? Quelles prises en charge et surtout comment peut-on les éviter ?

Suite à notre article sur le poids des maladies chroniques en Europe,  nous nous lançons aujourd’hui à la poursuite des maladies chroniques dans le monde : quelle est leur prévalence, comment sont-elles prises en charge à travers le monde et surtout comment peut-on les éviter ?

  • Prévalence des maladies chroniques sur la planète Terre

Les maladies chroniques sont l’un des fléaux de notre ère, puisqu’elles sont responsables de 63 % des décès tout autour du globe et plus de 86 % en Europe[1]. En mettant le cap sur la France, nous nous apercevons que ces maladies touchent près de 20 % de la population[2]. Parmi les plus répandues dans cette étendue, on retrouve le cancer (qui représente à lui seul 30 % de la mortalité2), les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension ou encore l’obésité. Une alimentation déséquilibrée, le tabagisme, le stress et la sédentarité sont autant de facteurs de risques qui favorisent l’apparition de ces maladies.

  • Quels leviers pour lutter contre les maladies chroniques ?

Les maladies chroniques constituent un réel handicap au niveau individuel et elles pèsent aussi lourdement sur les finances des états, puisqu’elles entraînent des dépenses directes et indirectes pour le moins conséquentes. Les coûts directs sont liés au traitement (médicaments, hospitalisation, etc.), les coûts indirects comprennent, quant à eux, les pertes de productivité liées à ces maladies (arrêts maladies, retraite anticipée, etc.). En 2013, en Europe, les dépenses pour les affections longues durées représentaient 700 milliards d’euros, soit plus de 70 % des dépenses de santé[3].

La prévention apparaît alors indispensable pour maintenir l’économie à flot. Plongeons ensemble dans les dessous de ce concept qui se distingue en 3 échelons :

  • La prévention primaire vise à agir en amont de la maladie, notamment sur les facteurs de risque.
  • La prévention secondaire permet de déceler à un stade précoce les maladies qui n’ont pas pu être évitées par la prévention primaire. Le dépistage est dans ce cas le principal levier.
  • La prévention tertiaire désigne, quant à elle, l’ensemble des moyens mis en œuvre pour éviter les rechutes ou les complications.
  • Les compléments alimentaires : une des clés pour faire face

Dans la chasse aux maladies chroniques, tous les pays n’ont pourtant pas le même plan d’attaque. Avec des systèmes de santé prenant en charge, pour la plupart, une grande partie des dépenses, l’Europe peine à induire la notion de prévention et surtout de prévention primaire. La dépense globale au titre de prévention sanitaire ne représente aujourd’hui que 3 % de la dépense de santé2.

En mettant les voiles vers les Etats-Unis, nous explorons un fonctionnement tout autre, où l’état ne prend en charge les frais médicaux que d’une petite partie de la population. La majeure partie des Américains souscrit donc à des assurances privées mais les soins médicaux restent chers. La prévention est dans ce cas primordiale : la consommation importante de compléments alimentaires en constitue un indice de taille. Ces derniers ont aujourd’hui conquis 65 % des Américains, contre seulement 27 % des Européens (avec toutefois des disparités importantes selon les pays)[4].

Les compléments alimentaires sont des solutions de choix pour prévenir ou retarder l’apparition de certaines pathologies comme par exemple les maladies cardiovasculaires. Ils permettent par ailleurs de couvrir des carences en certains nutriments, par exemple en vitamine D, dont près d’un milliard de personnes en présentent un déficit à travers le monde[5].

  • Les vertus des ingrédients Purextract

Grâce à ses ingrédients, extraits à partir de ce que la nature a de plus précieux à offrir, Purextract® est le meilleur compagnon de voyage pour prendre soin de sa santé à long terme. Nos actifs trouvent leur essence dans le pin, l’olivier ou encore le raisin et ont des propriétés remarquables.

Phytopin® Pur’expert, un phytostérol doté d’une très grande pureté, réduit l’absorption du cholestérol grâce à sa structure qui en est semblable. Il se révèle aussi être un excellent anti-inflammatoire aux bénéfices scientifiquement prouvés : il est de ce fait vivement recommandé dans les cas d’eczéma chronique.

Oligopin®, un OPC extrait des pins des Landes, est reconnu pour ses propriétés anti-oxydantes et notamment pour son action protectrice contre l’oxydation du LDL-cholestérol, intervenant dans l’apparition de l’athérosclérose.

Enfin, le meilleur de la feuille d’olivier a été concentré dans Effialine® pour agir durablement sur le maintien d’une pression artérielle normale.

La prévention est une étape incontournable pour profiter pleinement de l’aventure de la vie. Purextract® vous accompagne tout au long de cette expédition et vous promet de belles découvertes…

[1] OMS. 2011

[2] INVS. 2010

[3] Efpia. Health and Growth. Novembre 2013

[4] Comission Européenne. 2010

[5] Holick MF : Vitamin D deficiency. 2007