Grand angle sur la chaudière biomasse

Chez DRT, nous prenons grand soin de la nature grâce à la maîtrise de notre impact environnemental. Depuis quelques années, notre équipe d’aventuriers écoresponsables s’est notamment attachée à élaborer une solution moderne pour valoriser la biomasse locale.

chaudiere-biomasse-drt

Dans les années à venir, l’augmentation de la population mondiale et l’accroissement du revenu moyen par habitant devraient entraîner une hausse de la demande en énergie primaire, l’énergie fossile (pétrole, gaz naturel et charbon) assurant 80 % de la consommation énergétique globale. L’Agence gouvernementale américaine de l’énergie (EIA) prévoit en effet une augmentation de 56 % de cette dernière dans le monde, entre 2010 et 2040, entraînant ainsi une hausse de 46 % des émissions de CO2, un des principaux facteurs responsables du réchauffement climatique1. La valorisation des énergies renouvelables apparaît donc comme une alternative incontournable apportant des bénéfices à la fois environnementaux et économiques.

Nos ambitions, liées à cette solution alternative, se sont finalement concrétisées avec l’implantation d’une chaudière biomasse au cœur des Landes sur notre site de Vieille-Saint-Girons, fonctionnelle depuis début janvier 2015. De l’origine du projet à sa mise en service, partons ensemble à la découverte de cette centrale de cogénération pour qu’elle nous livre ses plus beaux secrets !

Suite à l’appel d’offre de la commission de régulation de l’énergie en 2010, DRT, Cofely (Groupe GDF SUEZ) ainsi que la Caisse des Dépôts, ont fondé la société projet Biomass Energy Solutions VSG. Le fruit de cette alliance : un investissement de près de 55 millions d’euros pour une centrale de cogénération dont voici les objectifs.

L’incroyable système de cogénération a été conçu pour produire à la fois de la chaleur sous forme de vapeur d’eau et de l’électricité au moyen d’une chaudière et d’une turbine à vapeur. Notre centrale est alimentée par des plaquettes forestières : souches, branches et écorces. Cette matière première renouvelable est présente en quantité abondante dans la région des Landes. A ces plaquettes s’ajoutent également des coproduits de la distillation du tall-oil. La biomasse brûlée devient alors une source d’énergie suffisante pour assurer l’indépendance énergétique de notre site de Vieille-Saint-Girons.

Outre la valorisation de la biomasse, mettons un point d’honneur à l’efficacité énergétique globale correspondant au rapport de l’énergie produite sur l’énergie consommée. Celle-ci est de plus de 60 %, alors que celle d’une centrale électrique classique est d’environ 35 %. Ainsi chaque année, les 150 000 tonnes de plaquettes forestières et les 16 000 tonnes de coproduits de la distillation du tall-oil, aboutiront à la production de 97 GWh d’électricité et de 214 GWh de vapeur sans rejet de carbone fossile. Cela assurera la substitution de l’énergie fossile consommée par notre site et évitera la production de plus de 400 000 tonnes de CO2 sur les 20 années d’exploitation prévues.

N’oublions pas enfin les aspects d’économie locale pour le secteur. Cette centrale a permis en effet la création de 50 emplois dans les Landes dont 15 emplois directs sur notre site. Ce projet rapportera 9 millions d’euros par an à la filière bois-énergie locale.

Après trois années d’études et de travail pour l’équipe DRT, finalisées par une phase de test en septembre 2014, le projet de centrale de cogénération devient enfin une réalité avec sa mise en service officielle début 2015. Au final, plus de 1 500 personnes ont pu participer à cette épopée écologique pour la construction de la chaudière.

Aujourd’hui, rien de ce que nous prélevons dans la nature n’est perdu. Chaque ressource est utilisée, que ce soit pour la fabrication de terpènes, de résines ou bien d’extraits naturels, jusqu’à sa valorisation finale dans notre chaudière. Celle-ci est une véritable démonstration de nos engagements pour l’environnement à travers la maîtrise des énergies renouvelables et l’économie locale. C’est donc un petit pas pour la planète, mais un grand pas pour le département des Landes.

Source :

1.U.S. Energy Information Administration (EIA), International Energy Outlook 2013, July 25, 2013