Les compléments alimentaires à base de plantes séduisent les consommateurs

C’est avec plaisir que nous accueillons Philippe Millet, du Magazine Actifs, sur notre blog. Il fait une escale « analyses de marchés » et nous livre des informations précieuses sur les compléments alimentaires à base de plantes.

Ce sont quasiment deux compléments alimentaires sur trois vendus dans le monde qui sont formulés à base de plantes. Ces derniers pèseraient ainsi entre 23 et 40 Mrds € – les estimations du marché mondial des compléments alimentaires oscillent, en fonction des sources, entre 40 et 60 Mrds €.

Au-delà des chiffres, il est pertinent – et logique – de souligner la parfaite superposition « géographique » (comprendre les pays) entre la consommation de compléments à base de plantes et celle de l’utilisation traditionnelle des plantes via une médecine non moins traditionnelle. En clair, c’est là où les médecines traditionnelles à base de plantes (ayurvédique en Inde, par exemple) se sont le plus développées que les ventes des compléments alimentaires à base de plantes sont les plus importantes.

Des exemples ? Près de 8 compléments sur 10 consommés en Australie et dans l’Océanie contiennent des plantes. En Europe de l’Ouest, le « pourcentage » est plus bas : moins de 4 compléments sur 10… Une Europe hétérogène : si les pays du Nord sont consommateurs de vitamines, minéraux, ceux du Sud sont plus ouverts aux compléments à base de plantes – ainsi dans l’Hexagone, les formules avec vitamines ne représentent que le tiers des ventes de compléments alimentaires en officines. Une situation quasi semblable chez nos voisins italiens. Il n’est donc pas étonnant que l’axe Belfrit – celui de la liste positive des plantes autorisées dans les compléments alimentaires, déjà officielle en Italie – séduise aussi en Belgique et en France (www.synadiet.org).

 

Philippe Millet

Directeur rédactions

www.editionsbgm.fr