Produits Naturels : tous les chemins mènent à Anaheim….

Rencontrer des fournisseurs d’ingrédients le matin, bruncher avec des façonniers, prendre le café avec un acteur du retail, découvrir les dernières tendances en matière de communication : comme chaque printemps depuis 1981, toute la filière Nord-américaine des produits naturels est présente sous un même ciel étoilé, celui de la Californie, à Anaheim.

La Natural Product Expo West offre une vue globale du marché, c’est ce qui fait sa particularité et son intérêt. Dans une ambiance décontractée et laborieuse, Anaheim est « The place to be » pour comprendre tout ce qui se mange et se boit aux Etats-Unis, sous l’allégation « naturel ».

Mais surtout pour faire du business.

71 000 visiteurs ont foulé les marches du centre de convention cette année.  L’édition 2015 a mis un accent particulier sur un  programme de conférences ambitieux : plusieurs ont attiré mon attention comme celles sur  les produits bio, les produits sans OGM  ou encore le traitement du concept de Nature dans les media. Enfin, la question était posée de la transparence de l’étiquetage et des informations communiquées aux consommateurs. Il est vrai qu’une mini tornade a secoué le monde des compléments alimentaires américain en début d’année.

Quelques principes élémentaires ressortent, qu’il est bon de rappeler :

  • La confiance que les consommateurs portent aujourd’hui aux marques de compléments alimentaires et d’aliments fonctionnels  est directement liée aux ingrédients qu’ils contiennent. La préférence va de plus aux produits d’origine naturelle.

La différenciation se fait par la qualité de l’ingrédient, qui doit être clairement identifiable et identifié (charge aux fournisseurs de produire une méthode d’identification fiable)

  • La réputation de la marque se construit aussi grâce a la traçabilité de l’ingrédient

Le consommateur définit la qualité de l’ingrédient par sa pureté (son contenu en molécules actives), sa non-adultération  et par la formulation du bon dosage.

Force est de constater qu’aujourd’hui,  90% des fournisseurs d’ingrédients font du trading et ne sont pas producteurs. Ils ont une connaissance limitée des produits qu’ils vendent.

Dans ce contexte, les modèles d’intégrations verticales (depuis le sourcing de la matière première brute jusqu’à l’objectivation, en passant par un savoir-faire unique en  extraction végétale) présentent l’intérêt d’offrir au retail un moyen simple et efficace de rassurer le consommateur.

http://www.expowest.com/ew15/public/enter.aspx

 

Nathalie Luzecki-Michaud, Purextract