Spécificités des extraits purifiés par rapport aux extraits bruts

Pour en finir avec les idées reçues sur les polyphénols et les OPC

.

Idée reçue 1 : En matière de pins, toutes les espèces se valent : Faux

Il existe différents types de pins, par exemple :

  • le pinus pinaster ou pin maritime que l’on trouve dans la forêt des Landes. Notons qu’il s’agit de l’unique espèce présente dans les Landes : un extrait de pin originaire des Landes est donc un extrait 100% pinus pinaster et complètement traçable.
  • le pinus radiata très présent en Nouvelle- Zélande
  • le pinus massoniana notamment en Chine

Les extraits d’écorces contiennent tous des polyphénols, mais leur composition est très différente suivant l’espèce :

comparaison-pinus-purextract

.Analyse comparative HPLC Pinus pinaster/Pinus Massoniana

comparatif HPLCL’écorce de pin maritime a une composition spécifique, différente des autres espèces de pins.

.Idée reçue 2 : Un extrait brut d’écorce de pins contient autant de polyphénols qu’un extrait purifié, donc c’est la même chose ! Faux

Dans le cas d’un extrait brut comme dans celui d’un extrait purifié, le contenu en polyphénols est effectivement identique (généralement >96%).

Les extraits d’écorce de pinus pinaster contiennent essentiellement :

  • des proanthocyanidines (ou procyanidines)
  • des polymères de cathéchine ou d’épicathéchine

Oligopin® et Cosmythic®, extrait d’écorces de pin des Landes, hautement purifié, contiennent au minimum 67 % d’OPC.

Les extraits bruts se composent surtout de polymères de haut poids moléculaire (tanins), alors que les extraits purifiés sont concentrés en polymères de faible masse, ou oligomères (OPC)..

Ce sont ces derniers (les OPC) qui sont responsables des effets bénéfiques.

Les résultats des dosages chimiques que l’on retrouve sur les certificats d’analyse des différents fournisseurs d’extrait écorces de pin ( teneur en polyphénols par le test de Folin, teneur en procyanidines par le test de Bate-Smith, pouvoir anti-oxydant par le test ORAC) ne permettent pas de différencier les OPC des tanins.

 Seules des méthodes plus pointues autorisent une analyse des procyanidines en fonction de leur masse molaire. On peut citer la méthode de la thiolyse, peu utilisée car difficile à mettre en œuvre, ou la GPC (Gel Permeation Chromatography).

tanin-opc-purextract

 N’hésitez pas à comparer les différents produits avec les bonnes méthodes d’analyse ! *

.

Idée reçue 3 : Un extrait brut est « plus près de la nature » qu’un extrait purifié. Faux

Cette affirmation occulte complètement le fait que, de tout temps, l’homme a fait de l’extraction sélective : à commencer par la pomme cueillie sur l’arbre, la baie à la branche du buisson ou encore la pomme de terre sans les fanes !

Purifier un produit ne l’éloigne pas de la nature : dans le cas de l’extrait d’écorce de pin (Oligopin® et Cosmythic®), les différentes étapes de purifications permettent de ne garder que ce que la nature offre de meilleur pour le corps humain.

.Idée reçue 4 : Un extrait purifié est beaucoup plus cher qu’un extrait brut. Faux 

La comparaison du prix au kg est forcément en faveur des extraits bruts. Il faut être très prudent avec ce type d’affirmation.

Dans le cadre d’un extrait de pin maritime, le rendement d’extraction est 50 fois plus faible pour un extrait purifié riche en OPC qu’un extrait brut. Le procédé d’extraction est plus complexe et plus onéreux à mettre en œuvre.

La comparaison du prix en fonction du taux de matière active (OPC) est en faveur de l’extrait purifié.

Faites le calcul !

.

Yannick Piriou, PhD, Purextract®

Nathalie Luzecki-Michaud, Purextract®

.

*Pour toutes analyses comparatives gracieuses entre votre extrait d’écorce de pin (mise en évidence du taux de matière active, OPC) et Oligopin® et Cosmythic®, merci de contacter de info@purextract.fr

Une analyse GPC d’Oligopin, faite par un laboratoire indépendant est disponible en cliquant sur le lien suivant : http://www.agilent.com/cs/library/applications/5991-0487EN.pdf

.

La photo illustrant cet article a été réalisée par Marie Aude Veyssy à l’occasion du concours photos Purextract®

.